41894043_1819519344768625_6364081835391057920_n

Nous pouvons tracer les contours d’un concept novateur et fondateur d’un nouveau logiciel économique et social, mais nous ne pourrons pas y parvenir sans une analyse approfondie des résultats générés par le système aliénant*  et sclérosant que nous subissons chaque jour, ce que les responsables politiques refusent de faire par mauvaise foi, faisant semblant de ne pas être libres de répondre. C’est ainsi qu’ils indiquent une autre orientation, celle de l’adhésion à la pensée unique. Nous voyons donc que l’homme du système n’est pas dans le monde du réel. Il s’agirait en fait de sortir du système du mensonge et de la compétition pour en construire un plus juste. Il s’agirait également d’ouvrir le champ de la réflexion de l’économie politique à la recherche d’une nouvelle conception de la société, guidée par le désir d’une politique de la raison, elle- même guidée par la volonté de respecter les êtres humains, les animaux et la planète.

S’il existe bien un domaine politique qui doit intégrer la recherche du « juste », n’est-ce pas celui de l’économie ?

Comment prétendre vouloir élaborer un modèle économique et  social si les valeurs morales et le principe de modération sont supprimés du logiciel ?

La question de l’éthique est plus que jamais d’actualité. Il revient à l’état de proposer une éthique globale, laquelle sera observée, appliquée dans tous les domaines. L’économie éthique doit remplacer l’économie sauvage, celle qui ne respecte aucune valeur, animée par le seul désir de faire de la richesse immédiate. Une économie sans éthique est une économie dans laquelle tout se vend, les marchandises et les hommes. L’humanisme n’a pas sa place dans ce que l’on peut appeler « économisme » ou « capitalisme financiarisé mondialisé ». L’être humain n’est plus qu’un maillon de la chaîne de production, un outil pouvant même être remplacé par un robot.

Comment dépasser  la logique du productivisme et les politiques ultra-libérales ?

Changeons de paradigme en établissant de nouvelles stratégies intelligentes de maîtrise et de régulation afin d’installer durablement en France et en Europe un nouveau système d’économie de marché avec une « authentique confrontation de l’offre et de la demande » dans une logique de coopération. Le système devra à la fois sauvegarder la liberté fondamentale d’entreprendre mais toujours à partir de réelles estimations sur les besoins des citoyens. Nous éviterons ainsi de produire pour la satisfaction de quelques banquiers et quelques grandes fortunes qui n’ont que faire de l’intérêt des  peuples. Nous devrons trouver le « point d’équilibre » entre l’offre et le besoin autour duquel la notion de commerce équitable devra prendre toute sa place dans la construction d'une nouvelle dimension existentielle basée sur le principe l'autonomie.

* Aliénant : Qui aliène, retire à l'individu la libre disposition de lui-même.

 

 

Jean-Yves METAYER-ROBBES

 

42846633_1996993483654175_5314798815054659584_n